7 novembre 2018

Faire face à des crises de panique

Hello vous! Aujourd’hui, on aborde le sujet des crises de panique. Un sujet bien sensible pour moi et c’est sans doute un des articles les plus personnels que je vais écrire. Si vous le savez pas, je fais énormément de crises de panique. Mais tout d’abord, il faut toujours en identifier la cause pour les comprendre.

Des crises de panique à la suite d’un traumatisme

Il y a beaucoup de raisons pour faire des crises de panique : des carences, de la fatigue… Tout cela mêlé au stress fait que votre corps vous dit merde. Pour ma part, je faisais bien plus de crises quand j’habitais à Paris. C’est d’ailleurs une des raisons qui a motivé mon déménagement. Celles-ci ont surgi après un traumatisme en vacances. J’ai extrêmement peur désormais d’être malade. Les nausées et les maux de ventre me font rentrer dans une panique folle. Chaque personne a des sources différentes. Mais, tout cela n’est que psychologique et il est important de le savoir.

Le premier objectif quand vous avez ces crises est d’identifier à partir de quel moment cela est apparu. Ce n’est pour moi, pas un sujet tabou ou qu’il faut éviter. J’ai compris avec le temps que de nombreuses personnes en font. Quand on entend crises de panique, on pense à des personnes trop stressées ou qui sont surmenées. Alors, oui, ça peut aider. Mais, il faut savoir que lorsque l’on a un traumatisme, c’est normal. Cela fait parti de la réaction de notre corps qui est tétanisée. C’est du moins ce que je pense et ce qui m’aide.

See also : Pourquoi j’ai abandonné Paris

Apprendre à vivre avec

Depuis que je vis à l’étranger, je vais mieux. Je pense que j’avais, à Paris, des lieux qui me rappelaient des petits traumatismes que j’avais. Vous dire que les crises de panique se sont volatilisées depuis que j’habite à Porto serait un mensonge. Mais j’en ai beaucoup moins. À Paris, c’était bien une fois par semaine. Ici, depuis le mois de Janvier, j’en ai fait deux. On est donc sur une belle amélioration. Mais j’ai appris à écouter mon corps, à ne pas me forcer, ni même me brusquer. On apprend vraiment à vivre avec. C’est-à-dire ne pas les subir. Je ne vais pas vous mentir, c’est une sensation très inconfortable.

L’importance de savoir l’origine permet d’éviter d’être confronté à vos traumatismes. Non, je ne fais pas l’autruche. Je sais que quelques situations me paniquent et de ce fait, j’évite de m’y exposer. Si vous n’avez pas le choix, pensez aux exercices de respiration. Ils m’ont beaucoup aidé. Quand je sens qu’une crise peut probablement arrivée, j’arrive désormais à contrôler mon corps.

See also : Pourquoi j’ai décidé de rester à Porto 

Vous avez déjà fait face à des crises de panique ?

4 réponses à “Faire face à des crises de panique”

  1. Coucou ! Moi ce n’est pas des crises de panique mais plus de l’angoisse, ensuite je n’en suit pas malade, je n’ai pas de cachet à prendre mais c’est un petit handicap quand je suis dans des périodes pas facile. La première (du moins celle où je me suis dit que c’était pas normal) à commencer à l’époque où je bossais en tant que commerciale terrain, ma semaine commencait le lundi à 9h et finissait souvent le samedi vers 17h… Donc que le dimanche pour me « reposer ». Je chahutait avec on copain et d’un coup je suis parti dans un bad trip, je riais et pleurais au larmes en même temps avec des halètements permanents, ça me l’as fait deux fois en 9 mois, quand on m’as ordonner de prendre un arrêt pour cause de burn out/épuisement, j’ai fait une crise d’hyperventilation (ça ne m’était jamais arrivé). Depuis que j’ai quitté mon boulot (après 9 mois) ça ne m’est plus arrivé.
    Par contre, il m’arrive la nuit de me réveiller et de penser à des choses très triste (style le fait qu’un jour je perdrais mes parents, mon frère qui part à l’armée, le monde instable dans lequel on vit) et je me mets à pleurer. En gros, je suis en permanence angoissée. Ma solution a été de faire du Reiki et maintenant je gère un peu mieux ma respiration et je me tiens le plus éloignée possible des actualités qui peuvent me mettre dans l’angoisse.

    Bref, désolé pour ce long paragraphe mais ça fait du bien. Merci pour ton article et courage pour des crises de panique tu es loin d’être la seule.

    Bisous

    • Marine dit :

      Ne t’excuses pas j’ai été RAVIE de te lire et je me sens bien moins seule. J’ai déjà entendu parler du Reiki et apparemment c’est génial. Il y a beaucoup de sources de stress et c’est une bonne chose que tu aies quitté ton travail si tu sentais que ça t’etouffait. Bonne chance à toi <3

  2. J’ai commencé à faire une crise de panique une fois en voiture alors que je roulais depuis de nombreuses heures et que je me retrouvais sur des routes que je ne connaissais pas et difficiles d’accès. Heureusement, je n’étais pas seule ce jour-là et la personne a su m’épauler pour me ressaisir. Comme tu le dis, c’est une sensation très désagréable et un peu déconcertante quand cela t’arrive pour la première fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THE LESS YOU CARE, THE HAPPIER YOU WILL BE

Pour recevoir toutes les nouveautés du blog, ebooks, printables...

latest vlogs