Hello vous! 

J’espère que vous allez bien. Un petit moment que l’on ne s’est pas retrouvé. Tout simplement parce que l’envie me manquait. Et pourtant j’adore ça… Mais c’était devenu « une obligation« , « une oppression« . Comment vous expliquer? Je suis toujours très contente d’écrire. Et quand je n’ai pas le temps, je panique, ça me stresse et ça casse le plaisir
Je pense que l’on a déjà tous déjà ressenti ça, d’être dans un cercle vicieux, d’avoir une deadline et de ne pas s’en sortir? Pourquoi tant de pression? Le blogging est un plaisir, un passe-temps et je m’en suis beaucoup voulu de culpabiliser
Quand on a pas de temps, on ne peut pas en acheter. Et il faut bien dormir aussi. Parce que oui, malgré le fait que j’avais un semblant de vie, le blogging me prend énormément de temps et je me perds dans toutes les heures de travail. Je me perds tellement que je ne les vois même pas défiler. 
Tout ceci est bien beau, j’ai tenu longtemps ce rythme. Jusqu’au moment où le blogging est devenu une source de stress et une obligation. C’est à ce moment, il y a deux semaines, que j’ai tiré la sonnette d’alarme. Avant je culpabilisais de ne pas publier et après je culpabilisais de m’en vouloir de ne pas publier haha. Je ne sais pas si vous me suivez mais en gros, tout ça est devenu un gros big mac et une source de stress. Pourquoi? Je me pose encore la question. Je suis un bébé blog, qui a une micro-place, ça ne me fait pas vivre. Alors pourquoi? Je pense et je suis presque sûre que mon perfectionnisme a pris le dessus. 
 
À partir de maintenant, on va la jouer chill et je parlerais de ce qui me plait réellement. Et quand j’ai pas envie, j’aurais pas envie. Parce qu’avant tout, oui c’est du partage et j’adore ça. Mais tout ce travail en plus, que je me suis imposée, avec les études… Ca a fait un vrai méli-mélo. J’ai pris le temps d’y réfléchir, de changer certaines choses et je reviendrai d’aplomb à partir de la semaine prochaine. Parce que non, les idées ne manquent pas. Mais l’envie d’écrire n’était plus au rendez-vous. 
Maintenant ça me manque. « Fuis moi je te suis, suis moi je te fuis« , un peu haha. Je commence à croire qu’au final, on développe de réels sentiments pour nos sites et quand c’est tout le temps là, ça donne un petit « burn out« . Maintenant ça va mieux haha, et j’ai hâte de partager toutes les prochaines choses que je vais vivre. Parce qu’un gros voyage se profile fin février et j’ai hâte de vous montrer tout ça.
Cœur sur vous! 
promocarrie